Amazon Go et ses supérettes “intelligentes”, les Français pas encore prêts

Amazon Go et ses supérettes “intelligentes”, les Français pas encore prêts

– Article rédigé le par - 362

Depuis sa fondation en 1994, la “librairie en ligne” Amazon a bien évolué. Et s’est fortement diversifié. Devenu un géant du commerce en ligne, la société créé par le désormais milliardaire Jeff Bezos s’attaque même au secteur des magasins physiques en ouvrant un supermarché dans la ville de son siège, à Seattle, dans l’Etat de Washington. Mais pas n’importe quel supermarché. Un magasin sans caisse ni paiement à la sortie, une supérettes “intelligentes” qui est censé supprimer les files d’attente et bouleverser les us et coutumes de la grande distribution.

Baptisé Amazon Go, ce magasin fonctionne à l'aide de multiples caméras qui détectent ce que les clients retirent des rayons et ce qu'ils remettent éventuellement ensuite. Avant d’entrer dans le magasin via un tourniquet automatique, les clients doivent préalablement télécharger sur leur téléphone portable une application dédiée à laquelle est associée leur carte de crédit, qui est débitée une fois qu'ils sont sortis. La facture est ensuite envoyée directement par email au client.

Au vrai, Amazon Go fonctionnait déjà, mais uniquement pour les employés du groupe basés à Seattle. Et si Amazon a tardé à l’ouvrir au grand public, c’est parce qu’il a dû effectuer quelques corrections au système. En effet, plus problèmes se seraient multipliés, notamment au niveau du système de caméra qui avaient du mal à distinguer les personnes de même corpulence ou encore de “cibler” quelques enfants turbulents qui déplaçaient certains produits dans les mauvais rayons.

Si aujourd’hui, Amazon assure que les tests ont limité les marges d’erreurs, l’entreprise n’a pas encore communiqué sur le développement de ces supérettes intelligentes. De toute façon, la période d’essai devrait se poursuivre encore un peu et les clients ne semblent pas encore tous convaincus par le système. Lequel n’est pas encore adaptable sur les magasins de grande taille. Celui de Seattle ne s’étend que sur 170 m².

Amazon Go aux Etats-Unis et à travers le monde, ce n’est donc pas encore pour demain. En France, selon un sondage réalisé par Opinion Way pour Diebold-Nixdorf, seuls 12 % des consommateurs seraient prêts à faire leurs courses dans un magasin de ce genre. Et 60% ne se sentent pas prêts à la faire (32% certainement pas, 28% probablement pas). Pour deux Français sur trois, l’achat en magasin reste le mode privilégié. Mais on sait que les mentalités évoluent très vite dans le monde numérique. Le même sondage réalisé dans deux ou trois ans aura sans doute inversé ces tendances...

Catégories :
FRANCE HIGH-TECH INNOVATION INSOLITE OBJETS CONNECTéS