Huawei marche vers l’Europe

Huawei marche vers l’Europe

– Article rédigé le par

C’est une crainte récurrente. Faut-il accepter de voir Huawei s’installer durablement dans la plupart des pays occidentaux. Car si le géant chinois domine outrageusement le marché chez lui, son continent ne semble plus suffisant pour accueillir sa croissance. Pour les Etats-Unis, le principe reste pourtant immuable : pas question de laisser entrer l’opérateur chinois sur ses terres. Huawei reste dans le collimateur US car, selon les autorités américaines, cette entreprise se livrerait à des actes d'espionnage au profit du gouvernement chinois.

Des affirmations forcément démenties par Huawei et la Chine. Il n’empêche, les Etats-Unis en sont convaincus et ont lancé une vaste offensive diplomatique pour convaincre les pays alliés de lui fermer la porte (1). Des préconisations pas vraiment suivies…


Chaque Etat membre de l’UE libre de choisir

Ainsi, alors que Huawei est devenu, en moins d’une décennie, un acteur majeur de la 5G, la nouvelle génération de réseaux mobiles qui promet de révolutionner les usages de l’internet, de nombreux pays européen lui tendent doucement la main.

Certains ont beau affirmer que leurs futures infrastructures peuvent servir des objectifs politiques en favorisant l’espionnage et le sabotage, la Grande-Bretagne notamment, mais aussi l’Allemagne et la France ne lui ferment pas vraiment la porte. En Europe, le rapport du commissaire européen en charge du marché numérique unifié indiquerait d’ailleurs que les états membres de l'UE sont libres de refuser ou non un acteur déterminé.


La 5G Huawei à Monaco

A Monaco, on ne s’est pas posé la question. Fin mars, alors que le président chinois Xi Jinping était en visite officielle en France, ce dernier a fait un petit détour par la principauté de Monaco où Huawei poursuit le développement de sa 5G. Une façon pour le leader de la téléphonie chinoise de poser ses premiers jalons en Europe en matière de 5G. Monaco cheval de Troie de Pékin ? Le débat reste ouvert. Concernant la distribution de mobiles, le fabricant chinois marche aussi sur l’Europe.

Il a récemment annoncé l'ouverture de quinze nouveaux points de vente et de vingt-trois centres de services Huawei d'ici 2020 en France. Les emplacements n'ont pas encore été communiqués mais cette décision s'inscrit dans une démarche stratégique globale pour faire face à la concurrence que sont Apple, Samsung mais aussi Xiaomi, 4ᵉ constructeur mondial vendant le plus de smartphones en 2018, qui vient d’ouvrir une boutique sur les Champs-Elysées.


1. Actuellement, seuls quatre pays ont décidé d'interdire le fabricant chinois sur leur marché national : l'Australie, le Japon, Taiwan et les États-Unis

Catégories :