Interxion investit le port Marseillais

Interxion investit le port Marseillais

Marseille va devenir un hub numérique important, avec 180M€ injectés

– Article rédigé le par - 13

La ville se situe à un carrefour où débouchent les câbles sous-marins AAE-1 et SEA-ME-WE5 déployés sur 20 000 kilomètres. Ces autoroutes transportant des données à une vitesse incroyable permettent de relier l’Afrique et l’Asie à l’Europe du sud. Près de 4 milliards de personnes sont connectées via ces câbles.

Interxion est une entreprise hollandaise qui fournit des services via les différents data centers qu’elle a établi dans le monde : ces data centers hébergent le réseau informatique, les infrastructures IT de ses clients, leur assure la sécurisation de leurs données et leur permet de se connecter à divers fournisseurs de services. Elle détient 37 data centers en Europe, dans 13 villes dont Paris et Marseille.

En 2014, Interxion rachetait le site de SFR dans le quartier de la Joliette situé boulevard Salengro, l’appelant MRS1 et y investissant 48 M€. Depuis, la demande des clients est telle qu’Interxion va désormais investir 180M€ dans deux bâtiments historiques situés dans l’enceinte du GPMM, le Grand Port Maritime de Marseille. Ces bâtiments se trouvent au plus près de la sortie des câbles sous-marins. Le premier est l’ancien hangar « Fouré Lagadec » bâti en 1951 et spécialisé dans les activités de réparation navale. Il est désaffecté depuis 1995, Interxion y investira 72M€ et espère ouvrir ce MRS2 début 2018.
Ainsi 4000 mètres carrés d’espace seront alors disponibles, et les façades de l’ancien hangar seront habillées de panneaux photovoltaïques.
Situé en face du MRS2, le second bâtiment choisi est plutôt hors norme puisqu’il s’agit de l’ancienne base de sous-marins construite en 1943 établie par les allemands. La ville de Marseille faisait partie du dispositif « Mur du Sud » du IIIème Reich, des alvéoles avaient été construites et accueillaient 20 sous-marins. Après la guerre, le bâtiment s’est transformé en lieu de stockage utilisé par l’armée puis   des matières chimiques y ont été entreposées sous douane pour diverses entreprises.

C’est ce lieu, long comme deux terrains de football et habillé de 5 mètres de béton armé qu’Interxion veut aménager. Ce chantier est estimé à 100 M€ environ. L’entreprise hollandaise disposera pour ce data center de 7500 mètres carrés.

Ce projet a très bien été accueilli par le GPMM qui conforte sa place de smartport et espère la création de nombreux emplois. Une amodiation de 49 ans a été signée entre les deux parties. Pour Fabrice Coquio, Président d’Interxion France : « Nous en sommes au début de l’émergence de Marseille », car les clients viennent souvent s’installer là où sont les infrastructures…
Marseille deviendrait donc le Palo Alto provençal ?


Pour rappel, la vidéo de 2015 sur MRS1 : 

Téléphonie VoIP IP, standards, centrex, connexions et abonnements internet pour les entreprises
Catégories :
Événement France High-tech Innovation Marseille