L’omniprésence du numérique dans la vie professionnelle

L’omniprésence du numérique dans la vie professionnelle

– Article rédigé le par - 681

Omniprésent dans notre quotidien, le numérique l’est aussi dans la vie professionnelle. Une tendance confirmé par une étude de l’Arcep et publié en fin d’année dernière. (L'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) et publié en fin d’année dernière.

Selon elle, 66% des actifs occupés utilisent un ordinateur dans leur travail alors qu’ils n’étaient que 53% seulement en 2013. Ils sont 62% à considérer que la formation continue les y a correctement préparés (+8 points par rapport à 2013). En liaison avec cette numérisation des activités, l’interpénétration des sphères privées et professionnelles se poursuit. Un actif sur trois (34%) apporte ainsi tous les jours sur son lieu de travail un équipement personnel pour l’utiliser à des fins professionnelles. 

La population voit davantage le brouillage des frontières entre les temps et les espaces de la vie (privés et professionnels) comme une opportunité, permettant de “mieux concilier vie privée et vie professionnelle” pour 54% des actifs interrogés (+12 points en quatre ans) que comme une difficulté subie. Une donnée qui ne devrait pas ravir les conjoints qui “supportent” le smartphone, la tablette, voire l’ordinateur portable de monsieur (ou madame) les accompagner en vacances...

De fait, le goût pour le télétravail est aussi bien réel. Ainsi 39% des actifs occupés aimeraient télé-travailler (13% “tout le temps” et 26% “de temps à autre”). Une augmentation en lien direct sans doute avec l’apprivoisement de tous ces outils technologiques. Une majorité de la population des 12 ans et plus interrogés lors de cette étude de l’Arcep se sent ainsi compétente pour utiliser les produits numériques. 69%, notamment, se disent très ou plutôt compétents pour utiliser un smartphone (62% pour une tablette). En quatre ans, ce sentiment de compétence pour utiliser un ordinateur a progressé de 12 points, soit 67% désormais.

 Mais tous les salariés ne sont pas pareillement prêts à bosser en télétravail. Les plus nombreux à répondre favorablement à cette possibilité sont les diplômés du supérieur et ceux dont l’activité pourrait s’y prêter. Cette proportion est maximale plus on est jeune (28% des 12-17 ans et 26% des 18-24 ans), étudiants (34%) ou dans ses catégories socio professionnelles élevées. Le niveau de diplôme est d’ailleurs corrélé avec le goût pour ces nouvelles technologies VoIP. Les diplômés du bac et du supérieur sont ainsi trois fois plus nombreux à privilégier ces logiciels pour téléphoner via le web que les non diplômés. Et dans le monde du travail, ce sont les cadres, les cadres supérieurs et les professions intellectuelles qui ont le plus d’appétence pour la VoIP (20%). Cet engouement s’explique sans doute car, plus que la simple correspondance écrite, ces logiciels permettent d’échanger beaucoup plus facilement et plus rapidement des conversations et des photos notamment. Et surtout gratuitement...

Catégories :
HIGH-TECH OBJETS CONNECTéS VOIP