L'Ordinateur Quantique existe

L'Ordinateur Quantique existe

Il est maintenant disponible en Open-Source

– Article rédigé le par - 9

L'informatique quantique est à notre portée. Mais l'utiliser reste réservé à quelque-uns, développeurs, chercheurs formés à la physique
quantique et mathématiciens de haut vol.
Une entreprise canadienne, (à la manœuvre derrière l'ordinateur quantique testé par la NASA et Google depuis 2013), a décidé de rendre son accès et son utilisation plus facile grâce à la puissance que constitue l'open-source.

Les ordinateurs ordinaires stockent et font circuler l'information sous forme de "bits",
contenant une information binaire, un "1" ou un "0".
Les ordinateurs quantiques, utilisent quant à eux un état spécifique des particules quantiques assez étrange appelé "superposition", qui fait que ces particules peuvent se trouver dans deux états différent en même temps. Les chercheurs ont réussi à tirer parti de ces particules appelées "qubits" susceptibles d'augmenter exponentiellement la capacité de calcul des ordinateurs.

La démonstration a été faite par IBM en 2000 de la viabilité du modèle informatique et ils continuent à l'améliorer.
Google travaille également à la création de son propre ordinateur quantique sur la base du travail de D-WAVE, tout comme Lockheed Martin et le laboratoire national de Los Alamos.

Reste que les ordinateurs quantiques d'aujourd'hui ne sont toujours pas utilisables par la plupart des applications du monde réel.
Les qubits sont fragiles et peuvent être facilement éliminés de l'état de superposition.
À l'heure qu'il est, les ordinateurs quantiques sont extrêmement difficiles à programmer car ils nécessitent des connaissances hautement spécialisées.

"D-WAVE est précurseur en matière de hardware" explique Bo Ewald, le président de la firme, "mais nous avons besoin d'intelligences capables de penser les applications et les logiciels adaptés à ces outils"
Un outils de développement "Qbsolve" a été conçu pour aider les développeurs à programmer
sans nécessairement avoir de background scientifique spécifique et quelques uns des partenaires de D-wave l'utilisent déjà
sur une base Open source, ce qui permet de partager, modifier et améliorer le logiciel.

L'impact potentiel de cette nouvelle technologie est encore mal mesuré par la communauté informatique mondiale,
un outil comme Qbsolve peut contribuer à diffuser et rendre visible et accessible son utilisation.

Qbsolve n'est pas le seul éditeur dans ce domaine, on commence à voir se dessiner une communauté regroupée autour de cette thématique.
Un autre outil baptisé Qmasm facilite également l'écriture de code pour les machines D-WAVE tout en évitant aux développeurs de se soucier de la dimension materielle.
Il est avéré que les communautés Open-Source ont été les plus grands contributeurs à la cause informatique ces dernières décennies et ce projet ne déroge pas à la règle.

Reste que de telles machines sont rares et leur accès difficile, c'est pourquoi D-WAVE a créé
un émulateur capable de tourner sur un ordinateur normal afin de se familiariser avec l'outil avant d'éventuellement pouvoir l'éxecuter sur une machine quantique.

L'année dernière, IBM a lancé un service basé sur le cloud qui permet aux gens d'exécuter leurs propres programmes sur l'ordinateur quantique de l'entreprise.
Pour le moment, Qbsolv et Qmasm ne peuvent créer des applications que pour le matériel de D-Wave.
Les machines de D-Wave adoptent une approche radicalement différente de l'informatique que les ordinateurs traditionnels,
voire d'autres prototypes de calcul quantique.
Alors que la plupart des ordinateurs - allant de votre smartphone à l'ordinateur quantique d'IBM - sont d'usage général, ce qui signifie qu'ils peuvent être programmés pour résoudre tous les problèmes, les machines de D-Wave sont conçus pour un seul but: résoudre les problèmes d'optimisation.
L'exemple classique est connu comme le problème du vendeur ambulant: calculer l'itinéraire le plus court qui passe par une liste d'emplacements spécifiques.

Au début, les critiques se demandaient si les machines coûteuses de D-Wave étaient même réellement des ordinateurs quantiques, mais la plupart des chercheurs semblent maintenant s'accorder sur le fait que les machines présentent un comportement quantique. La grande question maintenant est de savoir si les machines D-Waves sont réellement plus rapide que les ordinateurs traditionnels, et si son approche unique est meilleure que celle prise par IBM et d'autres chercheurs.

Qbsolv et Qmasm sont des étapes vers la construction d'une informatique quantique fonctionnelle mais pour y arriver, ils auront besoin de plus que des logiciels open source.
Ils auront avant tout besoin d'une communauté open source.

Téléphonie VoIP IP, standards, centrex, connexions et abonnements internet pour les entreprises
Catégories :
High-tech Innovation Insolite