La cent unième langue de Facebook

La cent unième langue de Facebook

L’Afrique, le dernier continent à conquérir

– Article rédigé le par - 0

Lorsque le réseau social a été créé en 2007, les seules langues disponibles étaient l’anglais et l’espagnol: les deux langues majoritaires dans les universités américaines. L’application de traduction a permis d’insérer le français en 2 jours. Lors de la Journée mondiale de la traduction le vendredi 30 septembre, le réseau social a annoncé le lancement de trois nouvelles langues : le corse, le maltais et le peul. Cette dernière est parlée dans la zone soudano-sahélienne qui s’étend de la Mauritanie au Soudan et compte des locuteurs, 25 millions d’africains, sur à peu près 20 états. Elle est la cent unième langue de Facebook.

Ces locuteurs vont pouvoir donc régler les paramètres nécessaires en cliquant sur « langues » et choisir. C’est grâce à des membres du réseau que se font les demandes de prise en compte de langue. Pour le peul, c’est Ibrahima Sarr qui est l’un des nombreux membres volontaires de la communauté des traducteurs qui en a fait la demande.

Actuellement, plus de 40 langues sont en demande de mise en ligne par les utilisateurs du réseau et en cours de traduction. Certaines sont rares et classées en danger par l’Unesco. L’Afrique, qui est le continent le moins représenté sur Facebook, compte sept langues disponibles sur le réseau : somali, afrikaans, kinyarwanda, swahili, malgache et depuis cet été, haoussa, la langue la plus parlée d’Afrique de l’Ouest. Sur les 1,71 milliards d’utilisateurs de FB, on compte 84 millions d’utilisateurs situés en Afrique subsaharienne.

 voit les marchés occidentaux arriver à saturation, la Chine interdit toujours l’accès au réseau social, le développement de Facebook passera par l’Afrique qui dispose d’un seul bureau FB à Johannesburg sur les 49 établis dans le monde. Le jeune fondateur s’est rendu pour la première fois sur le continent africain, à Nairobi au Kenya et à Lagos au Nigéria (18 millions d’utilisateurs pour ce pays qui comptent 180 millions d’habitants) pour rencontrer les principaux acteurs du numérique.   Cette visite avait lieu début septembre. Mark Zuckerberg s’est rendu avec son staff à Nairobi dans les bureaux d’Erik Hersman, fondateur de la start-up BRCK, qui a créé un routeur portable vendu dans plus de 50 pays et permettant un accès internet dans les zones les plus reculés de certaines régions d’Afrique. A ce même moment, à Cap Canaveral, est lancé le satellite AMOS-6 fabriqué par l’industriel français Eutelsat, qui doit être mis en orbite par la fusée Falcon 9 produite par l’américain Space X. L’ensemble explose sur le pas de tir et les espoirs de relier l’Afrique à Internet sont très rapidement balayés.

C’est cet incident, que certains qualifie comme un sabotage, qui explique l’interruption du voyage en Afrique de Mark Zuckerberg. Il faudra, d’après les concepteurs d’AMOS-6, trois années supplémentaires pour réaliser un nouveau satellite destiné à relier l’Afrique à Internet. A moins que des solutions soient envisageables avec le routeur de BRCK.


Téléphonie VoIP IP, standards, centrex, connexions et abonnements internet pour les entreprises
Catégories :
Événement Facebook