Les arnaques 2.0 à l’assaut de nos habitations

Les arnaques 2.0 à l’assaut de nos habitations

Une pratique qui augmente et nécessite de la vigilance

– Article rédigé le par - 18

Qui n’a jamais reçu un mail d’un inconnu en pleine détresse nous promettant une grosse somme d’argent en échange d’un peu d’aide. Ou encore un rappel des impôts demandant le règlement d’une somme dont vous vous êtes déjà acquitté… Il faut dire que toute bonne chose à son pendant de mauvaises intentions. Et qu’en la matière, internet en est légion. Car avec la multiplications des réseaux sociaux, applications et autres, nos adresses mails sont devenues de véritables passoires avec un accès direct aux bidouilleurs informatiques qui multiplient ainsi les escroqueries 2.0. Que ce soit d’ailleurs depuis un ordinateur fixe, un téléphone professionnel ou encore via un fournisseur internet pro.

Autant dire que l’appétit des arnaqueurs on line va décupler avec la multiplication des objets connectés. C’est du moins ce sur quoi travaille le National trading standards (NTS), département britannique chargé de la surveillance du secteur du commerce. Et qui alerte déjà sur la possible recrudescence de ces escroqueries. Pire. Nous serions presque nos propres voleurs en laissant entrer dans nos habitations les assistants personnels comme Google assistant ou encore Alexa. Des cibles de choix qui décryptent au quotidien nos habitudes et, surtout, retiennent en mémoire nos codes de cartes bleues.
Mais une nouvelle escroquerie n’en cache pas forcément une autre. D’après le NTS, il faudra ainsi compter sur les bonnes vieilles méthodes de vol de données personnelles via les campagnes de mails phishing, arnaques à l’ancienne qui ont fait leurs preuves et resteront donc à l’ordre du jour.

En France, c’est la Direction générale des finances publiques (DGFiP) elle-même qui s’est inquiétée de la recrudescence du phénomène de mails frauduleux. Le procédé est malheureusement bien connu des utilisateurs qui reçoivent de faux mails de l’administration dont l’identité a tout simplement été usurpée. Une pratique nommée le “phishing” qui invite l’utilisateur à cliquer vers un lien frauduleux en vue d’y communiquer ses coordonnées bancaires. Cible de choix pour ces voleurs en ligne, les impôts sont également visés par des escroqueries sous la forme de numéros surtaxés. Cette méthode, répondant au nom de “vishing” vise à contacter un usager en lui signalant une anomalie sur son dossier. Le faux agent n’a plus qu’à communiquer un numéro de téléphone surtaxé facturé 5 euros la minute (tout de même), en rappelant le caractère urgent de l’appel.
Dans tous les cas, quelques règles de base conviennent pour éviter ces escroqueries. A commencer par ne jamais enregistrer son numéro de carte bleu sur les sites. Quant aux impôts, ils sauront vous trouver en temps voulu à l’aide d’un bon vieux courrier si vous n’êtes pas dans les clous.

Téléphonie VoIP IP, standards, centrex, connexions et abonnements internet pour les entreprises
Catégories :
Opérateurs internet