Moi Jeux #1

Moi Jeux #1

La Nintendo Switch atteint les sommets. Quand les députés se mettent aux jeux vidéo

– Article rédigé le par - 244

La Nintendo Switch cartonne et explose tous les records. 

On savait Nintendo innovant et toujours prêt à sortir l’objet connecté qui allait “révolutionner” le genre comme avec la sortie de la Wii U. Avec la Nintendo Switch, première console hybride pouvant aussi bien faire office de console de salon que de console portable, on pensait aussi qu’elle se démarquerait sur le marché. Mais de là à exploser autant tous les records de vente ? Chapeau bas à la marque japonaise qui, en dix mois seulement de mise en vente, le 3 mars 2017, a déjà écoulé 10 millions d’exemplaires de sa machine ! 

Aux Etats-Unis notamment où la Nintendo Switch a aussi bénéficié de son élection au premier rang des produits high-tech de l’année 2017 par le célèbre Time. Un succès dû également à la variété des titres proposés et notamment “Mario Kart 8 Deluxe” et “Zelda : Breath of The Wild” qui ont accompagné la sortie de la machine. Quoiqu’il en soit, à ce rythme, et avec les chiffres de noël, nul doute que la firme japonaise réussira son pari, à savoir atteindre les 14 millions de Nintendo Switch vendues en un an. De quoi faire frémir ses principaux concurrents Microsoft et Sony.

Quand les députés se mettent aux jeux vidéo.

 Il a 36 ans, connaît bien le monde du jeu vidéo et se débrouille même plutôt bien sur “World of Warcraft”. Lui, c’est Denis Masséglia. Rien à voir avec Denis Masseglia, président du Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF). Denis Masséglia, avec un accent sur le é, député La République en Marche (REM) a pourtant réussi une prouesse sportive en faisant valider par l’Assemblée nationale son projet de groupe parlementaire pour travailler sur l’industrie du jeu vidéo en France.

Avec le soutien de la ministre de la Culture Françoise Nyssen mais aussi du secrétaire d’Etat au numérique Mounir Mahjoubi, Denis Masséglia va donc plancher dès ce mois de février sur ce secteur qui pèse 3,4 milliards d’euros selon le syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs (SELL). Un secteur qui compte, qui s’exporte de plus en plus et que Denis Masséglia va essayer d’aider afin qu’il conserve son attractivité sur les marchés mondiaux.

Catégories :
HIGH-TECH OBJETS CONNECTéS