Plan de départs chez SFR - Suite

Plan de départs chez SFR - Suite

Quels seront les métiers impactés ? SFR en dit plus

– Article rédigé le par - 7

L’annonce avait été faite il y a quelques mois mais sans plus de précisions : 5000 postes, soit un tiers des effectifs, seront supprimés chez SFR d’ici 2019 via un plan de départs volontaires qui débutera au printemps 2017.
La direction de l’entreprise de télécoms a présenté les métiers qui seront concernés par cette restructuration. Aussitôt le Comité Central d’Entreprise (CCE) a demandé plus de précisions et quelques éclaircissements en termes d’emplois et s’indigne que certains managers disposent de plus d’informations que celles données au CCE.

Les métiers impactés ont été annoncés pour permettre aux salariés de réfléchir et éventuellement d’envisager un départ volontaire. Comme dans de nombreuses entreprises qui ont le souhait de faire fondre la masse salariale, les directions se tournent vers le tout numérique. SFR n’échappe pas à la règle. Le directeur général de SFR, Michel Paulin, veut simplifier la structure et convertir les échanges au numérique. Il sera question aussi d’externalisation, essentiellement pour l’activité réseau. Le département BtoB baisserait ses effectifs de 20 à 25%, c’est à dire que ce service verrait le départ d’environ 700 personnes sur 3140 personnes. Le service client, destiné au grand public, et qui compte 1300 salariés, serait amputé de 35 à 40% de ses effectifs, soit environ 500 personnes.

Les fonctions supports seraient aussi bien impactées :
• Direction financière : -30 à 35% sur un total de 730 salariés.
• Secrétariat général :-30 à 35% sur un total de 410 salariés.
• Service des systèmes d’information : - 25 à 30%.
• Service RH : -25 à 30% sur un total de 210 salariés.

L’activité la moins touchée serait l’activité réseau qui perdrait seulement 10 à 15% de ses salariés qui sont au nombre de 2210 personnes. Dans le rapport remis au CCE, il est aussi question des impacts géographiques : SFR Aix en Provence et Nantes seraient être fortement touchées, SFR Toulouse et Metz disparaîtraient… Les organisations syndicales qui avaient décidé, fin octobre, de ne plus participer aux réunions avec la direction, par manque d’information sur cette restructuration des métiers, ont de nouveau cessé de se présenter aux réunions, elles demandent que la direction leur fournisse les mêmes documents qu’aux managers et des chiffres précis sur les suppressions de postes à venir.
Le CCE avait assigné début novembre l’opérateur en justice pour l’obliger à fournir des informations supplémentaires et surtout des chiffres sur les départs annoncés …chiffres qui tardent à venir.

Le délibéré de l’action en référé est attendu pour le 28 novembre. Autant dire que la dialogue social est bel et bien rompu.

Voir notre précédent article

Téléphonie VoIP IP, standards, centrex, connexions et abonnements internet pour les entreprises
Catégories :
France Opérateurs téléphoniques Téléphonie mobile