PriceMinister, histoire d’une saga

PriceMinister, histoire d’une saga

Le site français disparaît au profit de Rakuten

– Article rédigé le par - 401

C’est une société historique de la high-tech française qui va s’éteindre. Depuis le 1er mars 2018, le célèbre site de e-commerce s'appelle désormais Rakuten, du nom de sa maison mère japonaise. Un changement annoncé par le PDG du groupe, Hiroshi Mikatani, lors du dernier Mobile World Congress de Barcelone.

La fin d’une belle aventure qui a débuté lors d’un voyage aux Etats-Unis pour un jeune français, Pierre Kosciusko-Morizet. Là, le petit frère de l’ancienne ministre UMP Nathalie Kosciusko-Morizet découvre Half.com, un site internet qui met en relation des vendeurs et acheteurs de produits d’occasion échangés moitié moins cher que dans les commerces traditionnels.

Malgré la bulle internet qui explose, le jeune entrepreneur de 23 ans décide de tenter sa chance et d’adapter le concept en France en créant “Babelstore”, en août 2000, qui prendra finalement le nom de PriceMinister quelques mois plus tard. Selon le mode économique de gérant entre vendeur et acheteur, PriceMinister s’est d’abord développé sur le secteur des produits culturels (CD, livres, DVD, jeux vidéo) avant de se diversifier sur quasiment tous les produits de grande consommation et même le secteur de l’automobile en 2005.

Devenu site référent de e-commerce en France, l’entreprise a vite attiré les convoitises de ses concurrents jusqu’à être rachetée par Rakuten, principal acteur du commerce en ligne au Japon, le 17 juin 2010, pour 200 à 250 millions d'euros selon les sources. Après plusieurs années de cohabitation des deux noms dans le logo, Rakuten sera donc le seul nom de la firme, laquelle veut créer un écosystème mondial puisqu’elle dispose déjà d’un site de e-commerce au Japon et aux Etats-Unis. Une visibilité plus forte dans un autre but bien précis : le lancement d'une cryptomonnaie.

En lançant le “Rakuten Coin”, qui remplacera à terme les points de fidélité des utilisateurs (vendeurs et acheteurs) des sites d'e-commerce du groupe dans son ensemble, Rakuten espère ainsi offrir plus de possibilités à ses usagers les plus fidèles et les faire consommer beaucoup plus. Un pari osé et risqué pour le Japonais qui sera donc le premier site de e-commerce à se lancer dans l'aventure des cryptomonnaies. Avant Amazon ?

Catégories :
FINANCE FRANCE HIGH-TECH