Quand SFR décroche

Quand SFR décroche

L'opérateur perd du terrain sur ses concurrents

– Article rédigé le par - 200

Dans un climat d’extrême concurrence dans le monde de la téléphonie entre Orange, Bouygues Télécom, Free Mobile, MVNOs et SFR, ce dernier vient de perdre quelques points dans la bataille. Les chiffres communiqués par le groupe pour les résultats du troisième trimestre 2017 ne plaident effectivement pas en sa faveur. Et son PDG Patrick Drahi doit sérieusement se poser des questions sur la stratégie à suivre pour remonter la pente. Quels sont ces chiffres ? Toujours à la baisse alors que le leader sur le marché, Orange, gagne des clients et se permet même d’attaquer le secteur bancaire après avoir lancé Orange Bank.

Dans le fixe, SFR a ainsi perdu plus de 140000 abonnés sur 5,9 millions d’abonnés. Et sur mobile, ce sont 13 000 clients, sur 14,5 millions, qui ont décidé d’aller voir ailleurs. Le chiffre d’affaires du groupe est lui aussi impacté, atteignant 2,757 milliards d’euros au troisième trimestre, soit une baisse de 1,3%. Concernant le résultat brut d'exploitation, il baisse lui de 3,2 % à 1 milliard d'euros. Evidemment, ces mauvaises nouvelles ont entraîné la chute en bourse, ce vendredi 3 novembre, de la maison mère Altice. Pour rappel, le groupe SFR, opérateur de télécommunications français créé par la Compagnie générale des Eaux en 1987 avant de passer sous Vivendi en 2011, a été racheté par Altice en 2014. Au niveau mondial, le groupe tend d’ailleurs à maintenir de bonnes performances, notamment sur le marché américain.

Alors comment expliquer cette hémorragie au niveau national ? Car l’opérateur au carré rouge ne ménage pas ses efforts, tant au niveau de la couverture réseau que de l’amélioration de la qualité de service 4G. Sans oublier les nombreuses offres comme le kiosque presse ou encore les contenus dans le sport ou les séries TV. Si SFR limite la casse en attirant quelques nouveaux clients avec son offre fibre, il semble en fait traîner sa mauvaise réputation… Laquelle n’a pas été aidée par la récente affaire des “failles” qui auraient permis à des hackers d’accéder à ses serveurs. L’opérateur a d’ailleurs reconnu l’existence de ces failles, tout en assurant avoir apporté les correctifs nécessaires. Mais cela ajoute encore aux doutes des clients. Des doutes, les salariés en ont aussi sur leur avenir puisque Altice continue de dégraisser les effectifs, avec un plan de restructuration touchant 5 000 personnes. Les 10 000 restantes se demandent si elles ne tiennent qu’à un fil...

Catégories :
FINANCE OPéRATEURS TéLéPHONIQUES TéLéPHONIE MOBILE