Quésaco #17

Quésaco #17

Le typosquatting : nouvelle arnaque du web

– Article rédigé le par - 247

Nous sommes envahis au quotidien par un vocabulaire qui bien souvent nous dépasse. Les conférences téléphoniques se sont transformées en “conf call” durant lesquelles on nous demande des réponses “Asap” (As soon as possible - dès que possible...). Chaque semaine, nous vous proposons un petit décryptage de l’un de ces termes. Aujourd’hui, le typosquatting, nouvelle forme en vogue des pirates du web.

Malgré tous les pare-feux et tous les moyens mis en oeuvre pour bloquer leurs attaques, les pirates du web ont toujours su innover. Une de leurs dernières trouvailles s’appellent le typosquatting, que l’on pourrait traduire littéralement par le “squattage de typographie”.

Concrètement, il s'agit pour le typosquatteur d'acheter certains certains noms de domaine dont l’écriture ou la phonétique est proche de celle d’un site très fréquenté ou d'une marque connue, afin que l'utilisateur faisant une faute d'orthographe ou une faute de frappe involontaire soit dirigé vers le site détenu par le pirate.

Là, ce dernier peut s’en servir notamment pour capter des sites et quelques milliers d’internautes et vendre publicité sans grand frais. Plus dangereux pour la personnes escroquée, le hacker peut aussi pénétrer dans son ordinateur afin de piller toutes ses données personnelles.

Pour prendre un exemple concret, depuis le début de cette année 2018, un message tourne et promet des billets Air France offerts par la compagnie aérienne française pour fêter son anniversaire, ses 85 ans plus exactement. Derrière ce beau cadeau se cache une arnaque au typosquatting. Elle commence par cette offre via e-mail ou sur les réseaux sociaux comme Facebook, Snapchat ou encore sur Whatsapp.

Mais si l’on regarde l’annonce de plus près, on remarque que l’un des “A” de Air France est orné d’un petit point sous lui. Il s’agit en fait d’une lettre de l’alphabet vietnamien. La copie est quasi parfaite et en cliquant dessus, le risque est grand. Les géants du web le prennent en tout cas très au sérieux et pour s’en protéger, commencent déjà à racheter des noms de domaine mal orthographié afin de limiter le phénomène (Gougle.com, Amazonne.fr, Facebouc.com…).

A l’heure où les correcteurs orthographiques ont pris le pas sur les dictionnaires, les petites fautes peuvent coûter cher. Dans tous les cas de figure, pour éviter de se faire piéger, pour le typosquatting ou de nombreuses autres arnaques du web, la prudence reste la réponse la plus efficace. Arrêtez de croire que vous avez gagné à la loterie ou qu’une vieille tante veut vous céder son héritage.

Catégories :
INSOLITE