RGPD, les Français toujours pas rassurés…

RGPD, les Français toujours pas rassurés…

– Article rédigé le par

Le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) est entré en vigueur le 25 mai 2018. Ce nouveau texte législatif marque un tournant dans le droit de regard que tout internaute a sur ses données personnelles et leur traitement.

Avec la mise en place du RGPD, les professionnels sont en effet tenus d’informer chaque utilisateur de la collecte de ses données personnelles ainsi que de l’usage qui en est fait. Il est aussi possible de faire valoir ses droits d’accès aux données collectées et son droit de retrait de ces informations. Un véritable casse-tête pour nombre de professionnels et de sites, obligés d’être particulièrement rigoureux pour encadrer ses données.

Il est d’ailleurs fréquent de voir fleurir des popups indiquant d’accepter les nouvelles règles de “respect de votre vie privé”, les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités… dès que l’on se balade sur des sites sur le web. Car, en cas de dommage matériel ou moral lié à la violation du RGPD, chaque utilisateur peut effectuer un recours et obtenir réparation de la part du responsable du préjudice.

De même, les internautes disposent, grâce au RGPD, d’un “droit à l’oubli” renforcé, pouvant ainsi exiger qu’une information sur eux présente en ligne soit supprimée s’ils estiment qu’elle porte atteinte à leur intégrité.

Seules les personnes diplômées restent confiantes

Malgré ce renforcement de la loi vis à vis des internautes, la majorité des enquêtés pensent que le RGPD ne changera pas grand-chose à la situation et que le web reste “risqué” pour leurs données personnelles.

Selon l’étude Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) dans son baromètre numérique 2018, moins d’un quart de la population (23%) estime ainsi que le règlement européen va permettre une amélioration de la protection des données personnelles. Ce résultat met en avant le peu de confiance dans les institutions des citoyens pour apporter des solutions à cette problématique.

Dans tous les groupes sondés domine le sentiment que le RGPD ne changera pas grand-chose, même si les personnes qui vivent dans des foyers disposant de hauts revenus et les diplômés du supérieur sont un peu plus confiants dans l’impact du règlement européen. Ils sont ainsi 29% sur ces deux critères à considérer que la RGPD va effectivement améliorer la situation.

La raison de cet optimisme n’est pas évidente : on peut postuler qu’ils sont mieux informés que leurs concitoyens sur cette question mais également que naturellement ces catégories de population ont plus confiance dans un système qu’ils utilisent largement et qui les a relativement récompensés, que ce soit en termes de qualifications ou de revenus.

Catégories :
FRANCE LéGISLATION