Roam like at home : les Français en profitent

Roam like at home : les Français en profitent

– Article rédigé le par

Chaque année depuis 2000, l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) publie son baromètre, véritable bible du Numérique sur la diffusion des outils numériques et l’évolution de leurs usages.

Cette étude annuelle est réalisée par le CREDOC (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie) et pilotée par l’Arcep, le CGE (Conseil général de l'économie) et l’Agence du Numérique. Elle porte sur un échantillon représentatif de 2214 personnes interrogées de 12 ans et plus, interrogées en face-à-face.

Dans son édition 2018, l’Arcep propose un focus sur l’adoption d’itinérance (“Roam like at home”). Ce terme de Roam Like at Home (RLaH) désigne la nouvelle réglementation européenne pour les frais de roaming. Mis en place depuis le 15 juin 2017, ce système permet aux personnes qui se rendent à l’étranger d’utiliser toujours le réseau de l’opérateur du pays où ils se trouvent.

Sauf qu’elles peuvent désormais téléphoner et surfer sur internet aux mêmes tarifs que prévoit leur contrat. Des frais de roaming distincts continuent de s’appliquer dans les pays non européens mais il vaut dans tous les pays de l’UE.

Le RLaH booste l’utilisation du portable à l’étranger

Dans son étude, l’Arcep relève qu’en 2018, près d’un Français sur deux a voyagé en Europe au cours des trois dernières années (46% de l’ensemble de la population, 48% des personnes équipées en téléphone mobile).

La proportion d’individus, équipés d’un mobile, ayant fait un déplacement ou un voyage dans l’Union Européenne au cours des trois dernières années est plutôt corrélée au diplôme et au niveau de revenus : 71% des diplômés du supérieur équipés ont voyagé en Europe contre 15% des non diplômés, 74% des hauts revenus contre 31% des bas revenus.

Et quand ils se déplacent, les Français sont toujours plus nombreux à utiliser leur téléphone mobile. Aujourd’hui, près de quatre Français sur cinq utilisent leurs portables lorsqu’ils voyagent en Europe. Cette démocratisation de l’usage du téléphone dans l’Union Européenne s’explique sans doute justement par la suppression des surcoûts liés au roaming à l’initiative de la Commission Européenne. Ainsi, les ressortissants des pays de l’Union Européenne paient leur services mobiles aux mêmes tarifs que dans leur propre pays lorsqu’ils voyagent dans un autre pays de l’Union.

L’utilisation du téléphone mobile personnel lors de déplacements en Union Européenne devient aujourd’hui quasiment systématique chez certaines catégories de la population, en fonction principalement de l’âge et du niveau de diplôme. Ainsi, 85% des 25-39 ans et 83% des 18-24 ans sont dans cette situation, contre seulement 59% des 70 ans et plus.

De même pour les diplômés du supérieur : 83% d’entre eux utilisent ainsi leur téléphone dans l’Union Européenne contre 71% pour les titulaires du BEPC et 49% des non diplômés.

Les cadres sont quant à eux 88% à utiliser leur portable lors de leurs déplacements, ce que ne s’autorisent que 66% des ouvriers dans la même situation. L’Arcep conclut que la réforme du roaming a bien entraîné une forte progression de tous les usages téléphoniques entre 2017 et 2018.

Catégories :
FRANCE TéLéPHONIE MOBILE