Uber veut devenir l’Amazon des transports

Uber veut devenir l’Amazon des transports

– Article rédigé le par

Uber avance, Uber roule quels que soient les obstacles. L’entreprise américaine, leader mondial de la réservation de voiture de tourisme avec chauffeur (VTC), a beau encaisser les coups, rien ne semble pouvoir l’arrêter. Comme qui ? Comme Amazon dont Uber veut s’inspirer du modèle dominant.

Malgré la fuite de données qui a fait scandale, malgré le premier accident mortel entre un piéton et une voiture autonome, malgré les déboires juridiques pour ses services de transports en France notamment, la société américaine ne freine en rien ses intentions dominantes.

Se déplacer d’un point A vers un point B, quel que soit le moyen

A la mode Amazon, Uber ne cesse donc de diversifier ses moyens de transport. Voitures et chauffeurs, transports en commun, trains, vélos électriques ou trottinettes... Uber veut doper les moyens de transports du futur pour séduire les populations qui vivent en ville. "De plus en plus, Uber ne sera plus seulement destiné à réserver une voiture, ce sera pour se déplacer d'un point A vers un point B avec le meilleur moyen de transport possible", a ainsi déclaré le Pdg du groupe, Dara Khosrowshahi à Washington. Et pour aller de A à B, tous les moyens sont bons pour la société qui prépare son entrée en Bourse.

Collaboration avec les grandes municipalités

Pour Uber, comme d'autres entreprises de transport, l'idée est donc de se placer dès aujourd'hui au centre de cet écosystème et de proposer, via son application, tout un éventail de solutions de déplacement, selon ses goûts, ses besoins ... ou la météo. S’il fait beau, on peut aller au boulot à vélo ou en trottinette.

En cas de pluie, l’idée est de trouver pas loin de chez soi un véhicule électrique. Idem pour les transports publics. Si Uber veut déployer sa tentaculaire force partout, il doit passer par une collaboration avec les grandes municipalités, au travers d'échanges de données sur les transports publics, les pistes cyclables, les parkings… Concernant les vélos en libre service, l'Europe est une cible de choix pour Uber, car bien plus habituée aux vélos que les Etats-Unis.

1 milliard de plus pour les voitures autonomes

Alors, Uber voit-il trop grand. Deviendra-t-il un jour réellement l’Amazon des transports ? Une chose est certaine, il n’est pas le seul à croire au succès. Pour preuve, concernant son secteur des véhicules autonomes, l’Américain a reçu un soutien de poids.

Le géant japonais de l'automobile Toyota, associé à l'équipementier japonais Denso, ainsi que son compatriote SoftBank Group, via le fonds SoftBank Vision Fund (SVF), ont ainsi annoncé fin avril un investissement de 1 milliard de dollars Uber, afin d'accélérer le développement de services de conduite autonome. De quoi tracer la route plus serein encore...

Catégories :