ZTE devra payer 1,2 milliards de dollars d’amende aux Etats-Unis

ZTE devra payer 1,2 milliards de dollars d’amende aux Etats-Unis

Le groupe chinois a fait son mea-culpa

– Article rédigé le par - 5

L’enquête visant le quatrième équipementier télécom chinois coté en bourse à Hong Kong et Shenzhen, Zhongxing Telecommunication Equipement Company Limited vient d’aboutir.
Le groupe télécom chinois est accusé d’avoir réalisé des transactions commerciales entre 2010 et début 2016 avec l’Iran et la Corée du Nord, deux pays frappés par une interdiction d’exportation des technologies américaines du fait de leurs programmes militaires et de leurs violations des droits de l’homme. Il est également accusé d’avoir nié tout au long de ces années l’existence de ces transactions et d’avoir menti à ses propres avocats.
Les produits exportés sont des serveurs, des routeurs, des puces et des téléphones cellulaires achetés à quatre fournisseurs américains : Intel, Broadcom, Microsoft et Qualcomm.
Depuis un an, ZTE subissait des contrôles sur les achats effectués auprès de ces firmes américaines.
La semaine dernière, l’équipementier télécoms a plaidé coupable pour échapper à un procès retentissant et pouvoir enfin de nouveau acheter sur le territoire américain les produits nécessaires à son développement. Il reconnaît avoir vendu des équipements télécoms à un opérateur iranien.
Il a donc été condamné à verser immédiatement 892 millions de dollars. Le groupe reste sous surveillance américaine pendant sept ans, quant à son comportement commercial ; s’il enfreint une nouvelle fois les règles, durant cette période, il devra verser encore 300 millions de dollars.
L’issue de cette enquête soulage les fournisseurs américains du groupe qui pourront voir ZTE s’approvisionner de façon plus sereine et libre (ZTE dépense environ 2,6 milliards de dollars par an auprès de ces fournisseurs) mais n’améliorera pas les comptes du groupe chinois qui a perdu 342 millions de dollars en 2016.
Les relations sino-américaines sont déjà tendues à causes de certains propos du président Trump et cette affaire irrite un peu plus le gouvernement chinois.
Quoiqu’il en soit, ZTE est prêt à faire les efforts nécessaires pour plaire aux autorités américaines, les services commerciaux de ZTE sont alertés sur la législation internationale à respecter. Le PDG, Zhao Xianming a fait savoir que « ZTE reconnaît les erreurs qu’il a faites, en assume la responsabilité et reste déterminé à effectuer des changements positifs dans le groupe ». Il est question de la suppression de 3000 emplois.


Téléphonie VoIP IP, standards, centrex, connexions et abonnements internet pour les entreprises
Catégories :
Législation Téléphonie mobile