5000 postes menacés chez SFR

5000 postes menacés chez SFR

L’opérateur téléphonique pourrait supprimer un tiers de ses effectifs d’ici 3 ans

– Article rédigé le par - 29

Alors qu’SFR s’était engagé à ne pas supprimer d’emplois avant 2017, les organisations syndicales annoncent que l’entreprise va procéder à une restructuration complète de ses effectifs, évoquant « une nécéssaire réorganisation ». 5000 postes seraient concernés, soit un tiers des effectifs du groupe, comme l’a révélé le site d’informations IT .
Cette « réorganisation » comprendrait d’autre part la création de deux filiales, l’une grand public et l’autre « business-to-business ». (Voir notre article : de juin dernier)

Le dirigeant Patrick Drahi, endetté lors du rachat de l’opérateur, n’a donc pas hésité à prendre des mesures drastiques pour redresser la barre. Coutumier du fait, on se souvient la suppression de près de 60% des effectifs lors du rachat du câblo-opérateur Noos France en 2006.

Cette nouvelle aux allures de boulet de canon n’est pourtant pas une surprise. En effet, SFR multiplie les départs depuis le rachat en Novembre 2014 par Numéricable et a perdu près d’ 1,1 million d’abonnés en un an. Patrick Drahi prépare les esprits depuis plusieurs mois. De fait, ce dernier annonçait en juin dernier que l’entreprise était en sureffectif, comptant aujourd’hui 14 300 salariés. D’après les syndicats, l’objectif de la direction est de réduire le nombre de CDI à 9000, soit une réduction de 5300 postes. Ainsi, l’opérateur prévoit plusieurs plans de départs volontaires pour parvenir à combler ses objectifs. Reste à savoir sur quelle base, et quelles mesures d’indemnisation seront définies pour satisfaire un tel nombre de salariés.

SFR avait conclu l'acquisition d'Altice Media en mai dernier, la justifiant par la volonté d'"accélérer le déploiement de la convergence globale télécom-médias/contenus et publicité".

La situation n’est pas forcément meilleure chez les concurrents, qui prennent eux aussi des mesures pour réduire leur coûts. Ainsi Bouygues Telecom a déjà projeté deux plans de départs volontaires, soit environ 2000 suppressions de poste, et Orange ne remplacera pas une grande partie des départs en retraite de ses salariés, soit environ 5000 personnes par an.


Téléphonie VoIP IP, standards, centrex, connexions et abonnements internet pour les entreprises
Catégories :
FINANCE FRANCE OPéRATEURS INTERNET OPéRATEURS TéLéPHONIQUES TéLéPHONIE FIXE TéLéPHONIE MOBILE