Etude sur les données personnelles : les Français peu confiants

Etude sur les données personnelles : les Français peu confiants

– Article rédigé le par - 247

Selon une étude de l’institut CSA en septembre 2017, 85% des Français se disaient préoccupés par la protection de leurs données personnelles en général et 90% concernant celles se baladant en ligne sur le web. Nul doute que cette large majorité a approuvé le projet de loi adopté mi février à l’Assemblée nationale, lui aussi à une large majorité.

Ce projet permet de réviser la “vieille” Loi Informatique et Libertés de 1978. Son but principal est l'entrée en vigueur du "paquet européen de protection des données", fin mai, qui comprend notamment le Règlement général sur la protection des données personnelles (RGPD) et une directive applicable aux fichiers pénaux.

Ce RGPD ou GDPR (pour General data protection regulation en anglais) est le nouveau cadre européen concernant le traitement et la circulation des données à caractère personnel, ces informations sur lesquelles les entreprises s’appuient pour proposer des services et des produits.

La plupart des entreprises doivent ainsi harmoniser leurs habitudes car cette nouvelle législation en vigueur permet beaucoup plus de transparence pour les internautes sur l’utilisation de leurs données personnelles.

La pub numérique passe mal

Le travail sera de longue haleine et devra être longuement expliqué à en croire les résultats d’une étude de l’institut Odoxa. Déjà préoccupés par l’utilisation de leurs données, les consommateurs se montrent ainsi très défiants envers les marques pour appliquer cette nouvelle législation. 67% des Français déclarent ainsi ne pas leur faire confiance.

Dans cette enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français de 18 ans et plus, interrogés par internet les 9 et 11 mai 2018, les Français n’apprécient guère le marketing personnalisé et rejettent le principe de la collecte de données.

La plupart des sites de e-commerces ont développé de nombreuses techniques marketing pour améliorer leurs ventes, séduire et fidéliser leur client et tirer leur épingle du jeu dans un secteur toujours plus concurrentiel. Pour cela, ils s’appuient souvent sur des technologies des plus modernes comme l’intelligence artificielle afin de personnaliser la relation client, lui proposer des produits qui correspondent à ses goûts et à ses attentes. Mais comment les consommateurs perçoivent-ils ces techniques ? La réponse de l’enquête de Odoxa est sans équivoque brutale : ils les reçoivent globalement mal.

9 Français sur 10 ne supportent pas les “pop-up”

64% des Français interrogés n’apprécient pas qu’on leur suggère des produits correspondant à leur profil et à leurs goûts, 65% n’aiment pas recevoir de newsletters et promotions de produits par mail. Et pire encore, les publicités ou promotions qui correspondent à leurs goûts sont rejetées par 72% des Français et 74% d’entre eux n’apprécient pas qu’on les suive en tant que clients pour une expérience continue entre magasins et digital.

Quant aux fenêtres “pop-up”, elles suscitent l’agacement de 9 Français sur 10 !Ces résultats sont néanmoins assez différents selon les tranches d’âge. Plus on est jeune, plus le suivi en tant que client (39% chez les 18-24 ans contre 15% chez les 65 ans et plus), la publicité personnalisée (37% contre 19%) ou les mailings (41% contre 30%) sont appréciés. Les 18-24 ans approuvent même majoritairement les suggestions de produits personnalisées (53% contre 23% chez les 65 ans et plus).

Concernant la collecte de leurs données, l’inquiétude est cette fois générale. 81% des Français sondés dans l’étude de l’institut Odoxa se déclarent préoccupés par la collecte et l’utilisation de leurs données par des sites de e-commerce, 33% se disent même très préoccupés.

La technique du mail “poubelle”

L’utilisation des données personnelles irritent tellement les consommateurs que ceux-ci n’hésitent pas à les contourner. Les trois-quarts des Français (76%) ont même déjà renoncé à un service ou à un contenu si on les oblige à fournir des informations personnelles. Surtout, à trop vouloir collecter des données, les sites de e-commerce prennent le risque d’en obtenir des fausses et donc de se retrouver avec des bases de données mal qualifiées.

43% des Français ont en effet déjà donné des informations inexactes pour éviter qu’une marque utilise leurs données et 29% n’ont pas hésité à renseigner une adresse mail erronée.

Pas moins de 38% des Français se sont aussi créés une adresse mail “poubelle” qui recueille les publicités et les spams. Une pratique surtout employée par les jeunes puisque, au global, 78% des moins de 25 ans ont déjà utilisé une de ces parades.

Catégories :
FRANCE LéGISLATION