Ex papivore, l’Assemblée nationale passe aux tablettes numériques

Ex papivore, l’Assemblée nationale passe aux tablettes numériques

Les députés vont disposer d’un iPad Pro ou d’un Samsung Galaxy

– Article rédigé le par - 308

52 000 ramettes. C’est le papier dévoré chaque année par les députés de l’Assemblée nationale. Les arbres en pleurent. Mais les édiles de l’Etat ont décidé de de reprendre les choses en mains et de travailler différemment pour le bien de la planète. On peut même affirmer qu’une page se tourne au sommet de l’Etat puisque les députés prennent le virage du numérique : les tablettes tactiles vont remplacer cette année les tonnes de papiers dans l’hémicycle.

C’est la chasse au gaspillage dans un esprit moins papivore. C’est le premier questeur de l’Assemblée, Florian Bachelier (LREM), avec ses deux collègues, Thierry Solère (les Constructifs) et Laurianne Rossi (LREM), qui ont pris cette décision originale et constructive, en accord avec le président de la République. L’objectif est avant tout de moderniser le fonctionnement de l'Assemblée nationale.

Et même si le Palais Bourbon avait déjà joué dans l’économie de sa consommation de papier, la commission du Développement durable souhaitait accélérer le processus avec la dématérialisation de nombreux travaux.

Concrètement, les députés vont devoir apprendre à être un peu plus connectés. Depuis ce début d’année 2018, ils vont donc récupérer une tablette numérique à leur nom pour suivre l'évolution des textes dans l'hémicycle. 368 sur 577 en ont déjà fait la demande, certains ayant déjà leurs propres tablettes. Chaque député a le choix entre un iPad Pro ou un Samsung Galaxy Tab 2, selon qu’il privilégie iOS ou Android. Au niveau du coût, il devrait s’élever à environ 300 000 euros.

Mais l’économie estimée étant de 55000 euros par an, le budget de ce passage au numérique devrait être amorti en quatre ans. Même si l’on peut imaginer que le coût sera au final sans doute un peu plus élevé avec le remplacement de certaines tablettes défectueuses avec le temps. Mais là n’est pas l’essentiel. L’important est surtout de favoriser le développement durable.

Question numérique, ce passage peut aussi avoir quelques avantages comme le fait d’avoir une écriture web plus directe et concise. Et ce, même si certains députés s’en plaignent. Comme d’aucuns regrettent que ces tablettes transportables (et non fixées au pupitre comme envisagé un temps) soient "bridées". Pourtant quand on voit certains députés l’air songeur (pour ne pas dire absent) lors des débats à l’Assemblée, on se dit au contraire que c’est une bonne idée. Tout le monde travaillera et n’en profitera pas pour réserver l’hôtel de son week-end ou pour jouer à Candy Crush.

Catégories :
ÉVéNEMENT FRANCE OBJETS CONNECTéS