Projet Fairphone : l’aventure continue

Projet Fairphone : l’aventure continue

La communauté #WeAreFairphone grandit

– Article rédigé le par - 13

En 2010, suite à la campagne d’une fondation néerlandaise, la Waag Society, qui s’interrogeait sur les conditions de fabrication des téléphones mobiles, la provenance des matériaux composant ces produits, les conditions des travailleurs qui assemblent ces mobiles, les conditions d’extraction des minerais composant les smartphones…est née la société Fairphone, ( ou « téléphone juste » en Anglais ). Le fondateur de la société est le designer Bas Van Abel.

Il a été décidé de fabriquer un smartphone en s’approvisionnant de manière équitable. En effet, il est difficile d’acheter les minerais qui composent un mobile sans financer les groupes guerriers, c’est le cas du coltan, commercialisé par les groupes guerriers de République Démocratique du Congo. Une loi américaine, la loi Dodd-Frank, oblige les entreprises cotées à Wall Street à signifier la provenance de trois minerais : le coltan, le wolframite et la cassitérite, et de quatre métaux : le tantale, le tungstène, l’étain et l’or.

Ces minerais sont appelés les « minerais de sang » : des groupes armés se transforment en patrons sauvages et exploitent des villageois qui extraient ces minerais dont ont besoin les entreprises occidentales pour fabriquer nos smartphones. L’UE prend le chemin initié par les américains au sujet de la transparence sur la provenance de ces minerais et devrait très prochainement légiférer. Fairphone, entreprise européenne, vient d’annoncer s’approvisionner en tungstène d’origine certifiée. Ce qui est encore un pas en avant vers le tout équitable, difficile à atteindre avec ce type de produits.

Mais déjà l’entreprise assure une meilleure redistribution des bénéfices, un partenariat avec des entreprises chinoises qui ont de bonnes pratiques sociales, un contrôle maximum de la provenance des composants, le recyclage des téléphones avec l’ONG néerlandaise Closing The Loop, qui intervient au Ghana, pays poubelle des déchets électroniques. Et une aisance sur la réparation. Le Fairphone2 est un bloc phone, ce qui signifie que lorsqu’un élément est en panne, il est facilement remplaçable, cela réduit les déchets et remet en question l’existence de l’appareil à usage unique. Il est équipé d’un écran LCD Full HD Gorilla Glass de 5 pouces, sous android 5.1, dispose de 32 gigaoctets de mémoire interne. Le fabricant réfléchit au développement de logiciels équitables, et a signé une collaboration avec Sailfish qui est un OS alternatif finlandais.

En attendant une réalisation de logiciel interne, Fairphone a ouvert un site en septembre 2015 pour que les utilisateurs expérimentent Grâce à ces solutions novatrices qui relèvent plusieurs défis de notre monde moderne : sociaux, économiques, environnementaux, Fairphone a reçu en décembre 2015, lors de la COP21, le prix Momentum for Change de la part des Nations –Unies. Ce même mois de décembre a vu la commercialisation du Fairphone2 au prix de 525€.

En janvier 2016, ce téléphone a reçu le label commerce équitable « Fairtrade de Max Havelaar » pour avoir intégré dans sa chaîne d'approvisionnement de l'or équitable extrait au Pérou. Il n’est disponible qu’en pré-commande, ce qui colle à l’esprit de la marque, puisque la fabrication se fait à la demande. Bien sûr, il faut attendre la livraison, il y a des objectifs de pré-commandes (15 000 en juillet 2015, objectif atteint en 2 mois et demi).

En France , une seule boutique le propose, il s’agit de « Centre commercial » le magasin branché qui vend des produits bio et équitables comme les chaussures Veja situé Place de la République à Paris. La France se place en troisième position des ventes du Fairphone2 malgré l’impossibilité pour l'instant d’obtenir le Fairphone sur abonnement avec un opérateur français. La marque éco-responsable dit être en négociation avec plusieurs fournisseurs sur le territoire.


Téléphonie VoIP IP, standards, centrex, connexions et abonnements internet pour les entreprises
Catégories :
Événement Innovation Objets Connectés Téléphonie mobile