L’Armée française va développer son l’intelligence artificielle

L’Armée française va développer son l’intelligence artificielle

– Article rédigé le par - 234

La France passe à l’offensive en matière de défense. Le projet de loi de programmation militaire 2019-2025, débattu à l’Assemblée nationale, prévoit ainsi un effort d’envergure. Le budget de la Défense devrait atteindre 50 milliards d’euros en 2025, contre 34,2 milliards d’euros cette année.

Pour la Ministre de la Défense, Florence Parly, l’objectif est double : améliorer le quotidien des troupes mais aussi et surtout moderniser une armée dont les équipements sont de plus en plus vétuste. Et parmi ces développements, c’est l’IA (Intelligence Artificielle) qui bénéficiera de réelles avancées et compétences. Une Agence de l'innovation de défense va même être créée dans ce sens, avec un budget de 100 millions d’euros.

L'agence bénéficiera notamment de moyens intellectuels et humains. "Ce sont des compétences rares qu'il va nous falloir rechercher, et donc notre objectif est de nous doter de 50 experts très rapidement dans le domaine de l'intelligence artificielle", a expliqué la ministre qui a présenté sa feuille de route en matière d'intelligence artificielle et d'innovation à l'occasion du lancement d'une étude baptisée "Man Machine Teaming" (MMT, collaboration homme-machine), "qui vise à développer l'intelligence artificielle pour l'aviation de combat”.

Ce projet MMT, qui agglomère des start-ups, des PME, des laboratoires et centres de recherche français spécialisés dans l'intelligence artificielle, la robotique et les nouvelles interfaces homme-machine, consiste à améliorer l'aéronautique de combat grâce à l'IA. Clairement, en matière d’IA militaire, la France a donc décidé de s’inspirer des pratiques actuelles aux États-Unis ou en Chine notamment où le développement de l’IA s’opère souvent en étroite collaboration entre les secteurs militaire et civil.

Dans ces deux nations, les BATX (Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi) et les GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Microsoft) sont ainsi régulièrement associés aux programmes de développement de l’IA.

Dans cette guerre 2.0, la Ministre de la Défense a aussi souhaité être claire sur un autre point, éthique : la France ne s’aventurera jamais dans le développement de robots tueurs. Pas question de laisser l’IA décider pour l’homme qui conservera toute latitude dans la gestion des conflits. Les systèmes respecteront ainsi toujours “les conventions internationales sur le droit de la guerre et l'homme sera à tout moment dans la boucle.", a précisé Florence Parly.

Espérons qu’il en sera toujours de même dans les camps adverses...

Catégories :
AI (INTELLIGENCE ARTIFICIELLE) FRANCE