L’Internet des Objets progresse vers la standardisation

L’Internet des Objets progresse vers la standardisation

Les députés demandent entre autre la création d’une plateforme IoT européenne

– Article rédigé le par - 0

Les députés membres de la commission des affaires économiques ont proposé plusieurs mesures dans un rapport parlementaire présenté à l’Assemblée Nationale le 10 janvier.
L’internet des objets fait partie de notre mode de vie et sa place va encore grandir dans notre quotidien. Le nombre des objets connectés sera de 30 à 50 milliards dans le monde en 2020. Si la France et les autres pays européens se saisissent du sujet, le PIB de l’Union européenne pourrait gagner 7 points d’ici 2020.
Le réseau va s’étendre et relier des milliards d’objets et les domaines de la santé, de l’habitat, de l’automobile et de l’assurance vont se transformer.
L’IoT se retrouve dans l’espace professionnel (rationalisation des process, traçabilité dans l’industrie alimentaire…) mais aussi dans l’espace public où il aide à répondre aux défis énergétiques des villes et à leur aménagement (éclairages, trafic, collecte des déchets, qualité de l’air…) et enfin dans l’espace privé (domotique, paramètres individuels de santé…)
Il est donc nécessaire que les acteurs traditionnels comme les opérateurs télécom, Orange, SFR… se lient aux nouveaux venus du numérique (Withings et autres start-up) afin de se diriger vers une seule et unique plateforme qui regrouperait toutes les données, et parlerait le même langage. Des industriels comme Legrand pourrait collaborer avec d’autres via cette plateforme et ainsi, peut-être éviter, que les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) deviennent par exemple les leaders de la maison connectée.
Actuellement tous les objets connectés font partie d’une même communauté : les voitures dialoguent avec les voitures environnantes et bien sûr les conducteurs, les garagistes, les secours…L’idéal serait de structurer une immense plateforme qui regrouperait toutes les communautés.
Il importe donc pour que cette plateforme voit le jour que la couverture numérique du territoire soit optimale, que les PME et ETI basculent vers le digital, que les chambres de commerce et d’industrie fassent la promotion du numérique dans leur région.
Pour cela, , co-rapporteuse du rapport et députée de la 5ème circonscription des Côtes d’Armor demande à ce que les CCI éditent une journal du numérique avec un paragraphe consacré à l’IoT.
Les universités doivent également proposer des formations de data scientists, spécialistes des problématiques liées au traitement des données et à l’Intelligence Artificielle. Les formations issues des écoles d’ingénieurs ne seront pas suffisantes pour combler le manque et rattraper le retard pris par la France face aux autres pays européens.
Les deux co-rapporteuses, Corinne Erhel et ne sont pas issues du même bord politique mais demande toutes les deux une stabilité fiscale inexistante actuellement, afin que les opérateurs télécom investissent dans les infrastructures 5G pour que l’IoT se développe harmonieusement sur le territoire et également pour que les start-up puissent lever plus facilement des fonds.
Espérons que l’intervention des politiques sur ce sujet permette que la France ou l’Europe en général gagne la bataille du standard de l’IoT.


Téléphonie VoIP IP, standards, centrex, connexions et abonnements internet pour les entreprises
Catégories :
France High-tech Innovation IOT (Internet of Things) Législation Objets Connectés Opérateurs internet Opérateurs téléphoniques