Le Bitcoin affole les marchés financiers

Le Bitcoin affole les marchés financiers

Mais il séduit toujours autant les investisseurs

– Article rédigé le par - 138

Un système de monnaie électronique entièrement en pair-à-pair qui permettrait d’effectuer des paiements en ligne directement d’un tiers à un autre sans passer par une institution financière. Voilà la définition du Bitcoin par son créateur, Satoshi Nakamoto, en 2009. Son idée, créer une unité monétaire et un instrument de paiement pour ceux qui l’acceptent. Une monnaie virtuelle indépendante des Etats et des Banques centrales, régulée par un “Blockchain”, une technologie informatique constituant une base de données qui contient l’historique de tous les échanges effectués entre ses utilisateurs.

Moins de 10 ans plus tard, on peut affirmer que Nakamoto a réussi son coup. Car si son Bitcoin n’a pas encore séduit tous les restaurateurs ou les magasin de fringues du coin (même si le nombre de commerces, et notamment de sites web qui l’acceptent, est en croissance continue), sa monnaie électronique connaît un succès démentiel auprès des investisseurs. Les records de valeur de la monnaie cryptogramme ne cessent de tomber jour après jour. A son lancement, en février 2009, le Bitcoin ne coûtait que quelques cents pour arriver à environ 1000 dollars début 2017. Depuis, sujet à des fluctuations spectaculaires, son cours a déjà été multiplié par 7 et il était en train de s’approcher des 8000 dollars en cette fin novembre. Des chiffres vertigineux qui attirent forcément tous les investisseurs (pros ou particuliers) qui rêvent de grande bascule.
Cette monnaie défraie la chronique du monde de la finance, encore divisé sur la question. Beaucoup s’accordent ainsi à dire qu’une bulle s’est formée autour du Bitcoin. 

L’Autorité de régulation européenne des marchés financiers a tiré la sonnette d’alarme début novembre sur les risques liés à ces levées de fonds de monnaies virtuelles. La Banque de France a également publié une note mettant en garde contre son “caractère hautement spéculatif” et au “risque financier certain” pour les personnes qui la détiennent. Autre critique, le Bitcoin ne disposant pas de réel cadre étatique légal, et s’échangeant dans le plus grand anonymat, beaucoup craignent que cette monnaie ne devienne qu’un instrument de fraude et de blanchiment. En France, le Conseil économique, social et environnemental a d’ailleurs prôné dans un rapport de mettre en place un cadre international de régulation afin de lutter contre un possible blanchiment, voire le financement du terrorisme...

Alors, dangereux le Bitcoin ? Peut-être. Mais tellement “rentable” que, malgré les craintes, certains n’hésitent pas à franchir le pas. Et pas n’importe qui ! La bourse de Chicago a annoncé qu’elle proposerait d’ici la fin de l’année des contrats à terme sur le Bitcoin. Dans la foulée, le fonds de pension britannique “Man Group” a affirmé, via son Pdg, qu’il était intéressé par ces futurs contrats. Autant d’annonces (certaines rumeurs font même que le géant Amazon pourrait accepter le paiement par Bitcoin…) qui renforcent la monnaie dans son statut. Pourtant, il convient vraiment d’être prudent. Et retenir la sagesse de nombreux spécialistes : en clair, si le Bitcoin vous tente, n’investissez que ce que vous êtes prêt à perdre…

Téléphonie VoIP IP, standards, centrex, connexions et abonnements internet pour les entreprises
Catégories :
FINANCE LéGISLATION