Le revenu des opérateurs de communication se contracte

Le revenu des opérateurs de communication se contracte

Il atteint 9 milliards d’euros au 3ème trimestre 2017

– Article rédigé le par - 197

Autorité administrative indépendante chargée de réguler les communications électroniques et les postes en France, l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) vient de publier une multitude de chiffres et données sur le troisième trimestre 2017 dans notre pays.

Sur la base de son communiqué, la synthèse permet de noter plusieurs éléments distincts. En premier lieu, l’Arcep relève qu’après trois trimestres de croissance, le revenu des services mobiles se contracte à nouveau. Après une amélioration en fin d’année 2016 et début 2017, le revenu des opérateurs est ainsi en baisse au troisième trimestre 2017 pour atteindre la somme de 9 milliards d’euros HT.

Alors que le revenu des services mobiles était à nouveau croissant depuis la fin de l’année 2016, il baisse donc de 1,1% en un an au troisième trimestre 2017. Pour rappel, les revenus totaux sur l’année 2016 avaient atteint 35,988 milliards.

28,2 millions d’abonnement à internet. Concernant les accès au web, l’internet haut débit (21,7 millions, - 670 000 en un an), composés essentiellement d’abonnements DSL, diminue depuis le début de l’année 2015, remplacé progressivement par les accès internet au très haut débit (6,5 millions au troisième trimestre 2017), et en particulier par ceux en fibre optique de bout en bout (2,9 millions) dont la croissance ne cesse d’augmenter. Ces derniers représentent ainsi 10% des accès internet. Le nombre d’abonnements au très haut débit représente un peu plus d’un abonnement sur cinq à internet sur un total de 28,2 millions.

De plus en plus d’abonnements téléphoniques couplés au web. De fait, les souscriptions au service téléphonique fixe se font ainsi principalement sur le très haut débit et la croissance du nombre de cartes mobiles, tirée par les forfaits, double depuis plus d’un an. Les clients des opérateurs remplacent leur abonnement bas débit en souscrivant à des abonnements téléphoniques couplés à l’abonnement internet (28,1 millions, +850 000).

Ces derniers sont de plus en plus souscrits via la fibre (3 millions, +950 000 environ en un an). Autant d’abonnements à la fibre expliquent logiquement l’envolé de la consommation de volume de données qui a connu un doublement. Cette dernière atteint en moyenne 2,9 gigaoctets par mois et par carte et jusqu’à 5,1 gigaoctets pour les clients se connectant à l’internet mobile par les réseaux 4G.

On téléphone moins en général, mais plus de l’étranger. Il est aussi à noter dans cette synthèse de l’Arcep une tendance à la baisse du trafic téléphonique, autant sur le fixe que sur le mobile, ce dernier servant de plus en plus au web, à surfer sur les réseaux sociaux plutôt qu’à son usage original… 

Ainsi, l’ensemble du trafic téléphonique fixe et mobile (54,8 milliards de minutes) baisse à nouveau bien que le volume de minutes émises depuis les téléphones mobiles (39,8 milliards) soit reparti à la hausse (+1,2%) après un léger recul le trimestre précédent (-0,3% en un an). Les consommations moyennes mensuelles baissent sur le fixe (2h16 par ligne fixe, -17 minutes), comme sur le mobile (3h08 par carte mobile, -3 minutes en un an). En revanche, avec la fin des frais d’itinérance en Europe, les clients des opérateurs mobiles français consomment de plus en plus depuis l’étranger : +42,6% en un an pour le volume de minutes, et +32,9% de SMS émis.

Catégories :
3G-4G-5G ADSL-SDSL-FIBRE FINANCE FRANCE OPéRATEURS INTERNET OPéRATEURS TéLéPHONIQUES ORANGE TéLéPHONIE FIXE TéLéPHONIE MOBILE