Quésaco #16 : Le machine learning

Quésaco #16 : Le machine learning

2018 année de l’apprentissage automatique ?

– Article rédigé le par - 242

Nous sommes envahis au quotidien par un vocabulaire qui bien souvent nous dépasse. Les conférences téléphoniques se sont transformées en “conf call” durant lesquelles on nous demande des réponses “Asap” (As soon as possible - dès que possible...). Chaque semaine, nous vous proposons un petit décryptage de l’un de ces termes. Aujourd’hui, le machine learning ou apprentissage automatique…

2018 sera une année plus connectée que jamais selon les analyses du cabinet d’audit et de consulting Deloitte. Pour la 17ème année, cette société a dévoilé ses analyses sur le secteur des technologies, médias et télécommunications. Outre l’avènement du Wifi en vol avec près d’un milliard d’utilisateurs à court terme, Deloitte affirme aussi que cette année 2018 sera celle du “machine learning”, appelé aussi “l’apprentissage automatique” ou “apprentissage statistique”.

Cet apprentissage automatique peut être défini comme une technologie du champ de l’intelligence artificielle qui permet à une machine ou un système d’apprendre et de s’améliorer par l’exemple. Prenons un exemple concret justement. Un système d’apprentissage automatique peut permettre à un robot ayant la capacité de bouger quelque-uns de ses membres mais ne maîtrisant pas ou peu la coordination, d’apprendre petit à petit, par l’exemple et les analyses de données multiples, à mieux marcher.

Si, au départ, ses mouvements seront très aléatoires, l’apprentissage automatique lui permettra d’avoir une coordination des mouvements de plus en plus efficace. En clair, lancé et programmé par l’humain au départ, l’ordinateur se charge ensuite du boulot tout seul comme un grand. C’est aux programmes d’ajuster le modèle pour simplifier la complexité des données et les rendre toujours plus efficaces.

Seul bémol selon certains, si cet apprentissage automatique peut générer des innovations inattendues, elle risque aussi de faire perdre une certaine maîtrise à l’humain sur des tâches qu’il ne pourra plus comprendre à moyen terme et qui seront complètement sous l’emprise informatique. Un peu dans dans le célèbre film Matrix où les machines ont créé la Matrice…

Mais nous n’en sommes pas là et ce “machine learning” permet de progresser dans les domaines médical (chimio-informatique, pharmacologie), détection de données (pour les fraudes), finance (analyse de marchés boursiers) ou encore smartphone (adaptation de site, applications…). Concernant ces applications, on peut prendre un exemple concret dans le milieu de la mode et de la vente en ligne.

Aux Etats-Unis l’application FindMine propose ainsi aux sites e-commerce d'intégrer des solutions de machine learning basées sur un algorithme capable de concevoir un look complet avec les vêtements préférés du client. L'application lancée en 2014 bénéficie d'une immense masse de données. Elle s’adapte spécifiquement aux goûts et au style qui correspondent le mieux au client.

A force d’analyser et de recouper ses choix, ses modèles de calcul entièrement automatisés finissent par connaître presque parfaitement les goûts du client et lui suggèrent les articles de mode qui lui correspondent. Les reines du shopping et Cristina Cordula ont du souci à se faire. Leur job risque vite d’être remplacé par l'intelligence artificielle de l’apprentissage automatique.

Catégories :
AI (INTELLIGENCE ARTIFICIELLE) APPLICATION