?> Le numéro vert - Créer un numero vert gratuit en 0800

Numero vert ou numéro gratuit


Le numéro vert ou numéro gratuit est l’un des numéros spéciaux les plus utilisés par les professionnels. Se présentant sous la forme 0800 XX XX XX, il a l’avantage de donner une dimension nationale à l’entreprise qui en dispose, de faire entrer l’utilisateur dans une dimension professionnelle, et de favoriser l’appel.

En tant que spécialiste des solutions téléphoniques pour les entreprises, A6 Telecom délivre des numéros gratuits. En ce moment, A6 Telecom offre la mise en service sur les numéros spéciaux.

Pour bénéficier d’un numéro vert, contactez-nous.

  • Qu’est-ce qu’un numéro vert ou numéro à tarification gratuite ?

  • Les numéros verts ou numéros gratuits sont des numéros spéciaux, ou numéros SVA (Services à Valeur Ajoutée). Ils prennent plusieurs formes : ils peuvent être des numéros 0800, 0801, 0802, 0803, 0804, ou 0805. La spécificité de ces numéros par rapport aux autres numéros spéciaux est que ce sont des numéros gratuits. Autrement dit : ils ne font l’objet d’aucune facturation supplémentaire pour l’appelant, que celui-ci appelle depuis un téléphone fixe ou depuis un téléphone mobile. Il est d’ailleurs systématiquement indiqué sous le cartouche « Appel gratuit depuis un poste fixe ». Le numéro vert n’est donc pas un numéro surtaxé.

  • Les numéros verts ont des utilisations diverses et variées. Le plus souvent, ils sont utilisés par les entreprises qui désirent recevoir un maximum d’appel. La gratuité de l’appel supprime en effet toute barrière potentielle à l’appel et maximise le trafic téléphonique.

    Les numéros verts sont d’abord utilisés par les TPE et PME qui souhaitent apporter une crédibilité supplémentaire à leur entreprise en adoptant un numéro à dimension nationale. Contrairement aux numéros classiques, les numéros en 0800, 0801, 0802, 0803, 0804 ou 0805 suggèrent en effet un rayonnement national et constituent un gage de crédibilité supplémentaire pour toute entreprise.

    Les numéros gratuits sont également utilisés dans le cadre de campagnes publicitaires pour les éventuels prospects désirant un complément d’informations ou qui désirent passer commande directement depuis leur téléphone. La gratuité de l’appel favorise en effet la prise de contact et constitue pour l’appelant potentiel un argument incitatif majeur.

    Choisissez maintenant un numéro vert pour votre entreprise : A6 Telecom vous offre les frais d’ouverture de votre numéro.

  • Avantages inconvénients du numéro vert gratuit


  • Le numéro gratuit a l’avantage majeur de favoriser les appels. En adoptant un numéro gratuit, vous maximisez vos chances de recevoir un grand nombre d’appels. En effet, l’absence de surfacturation encourage les appelants potentiels à vous contacter par téléphone. Si vous souhaitez recevoir un maximum d’appel, optez pour un numéro gratuit. Avec A6 Telecom, vous bénéficiez notamment d’un outil de suivi statistique et de routage de vos appels afin de contrôler l’impact de vos actions marketing sur l’utilisation de votre numéro gratuit.

    Le numéro gratuit suggère également à vos partenaires potentiels que vous n’êtes pas dans une démarche de rentabilité lorsque ces derniers s’adressent à vous. La relation que vous entretenez avec vos clients, prospects, partenaires et fournisseurs est donc renforcée.

    Enfin, pour les visiteurs occasionnels de votre site Internet ou de vos plateformes de communication, vous dégagez une image positive et bienveillante. En favorisant l’appel, vous entrez immédiatement dans une dynamique d’ouverture et de bienveillance vis-à-vis de vos clients et prospects.

    A6 Telecom vous met à disposition un numéro gratuit à partir de 7,5€HT/mois/numéros incluant les outils de routage et de statistiques.


  • Le numéro gratuit n’enregistre aucun revenu supplémentaire pour votre société. Les numéros surtaxés constituent en effet une source de revenus non-négligeables pour un grand nombre de sociétés. En optant pour un numéro gratuit vous vous passez d’une source de revenus potentiellement importante et surtout rapide. Dans certaines situations, mieux vaut se doter d’un numéro à tarification majorée. Les agents d’A6 Telecom sauront vous guider quant à la démarche optimale pour vous en fonction de votre situation. Contactez votre conseiller clientèle afin qu’il analyse avec vous votre situation et vous guide vers la solution la plus adéquate à vos besoins.

    Le numéro gratuit encourage à l’appel. Aussi, aucun filtre n’est réalisé sur les appels. Alors que le numéro à tarification majoré filtre vos appels entrants de manière à ce que vous ne receviez que les appels qualifiés, le numéro gratuit ne désincite aucun appelant potentiel. Vous pourriez donc recevoir beaucoup plus d’appels de démarchage commercial que si vous optiez pour un numéro payant.

    Suite à l’entretien que vous aurez avec le conseiller clientèle d’A6 Telecom, celui-ci saura vous guider vers la solution la plus adaptée à votre profil et à celui de votre entreprise.

  • Numéros verts, numéros gratuits, numéros à tarification gratuite : de quoi parle-t-on ?


  • Entre 1985 et 1999, France Telecom était alors en situation de monopole sur le marché de la téléphonie. France Telecom a donc protégé l’appellation de « numéro vert » en la déposant en qualité de marque auprès de l’INPI. Par la suite, toute une myriade d’expressions connexes ont également été déposées comme marques par France Télécom : « n° vert appel gratuit », « numéro vert appel gratuit », « numéro vert international », « numéro vert universel », « pack n° vert proximité », « numéro vert proximité », « numéro vert terrain », « n° vert », « numéro vert » sont autant de dénominations qui ont fait l’objet d’un dépôt de marque de la part de France Télécom, entre 1985 et 1999. France Télécom avait même déposé en tant que marque le « numéro bleu », qui n’a pourtant jamais vu le jour, n’étant associé à aucun service particulier.

    A l’époque de ces nombreux dépôts, France Télécom disposait d’un monopole de droit sur le marché de la téléphonie, celui-ci n’étant pas ouvert à la concurrence des opérateurs. Ce n’est qu’à partir de 1999 que le marché s’ouvre à la concurrence et que les cartes sont redistribuées, y compris pour les numéros spéciaux.

    A l’heure de la libéralisation du marché de la téléphonie, France Télécom adopte une politique très stricte en matière d’utilisation de ses dénominations. En 2000, alors que le marché s’ouvre, France Telecom fait inscrire dans ses contrats une clause d’interdiction d’utilisation de ses dénominations pour l’ensemble des clients qui rejoindraient la concurrence. Une société qui rejoindrait la concurrence serait donc contrainte d’abandonner l’appellation de « numéro vert » ainsi que son ancien numéro France Télécom.


  • Cette clause est rapidement décriée par les anciens clients de France Télécom. En effet, prenons l’exemple d’une entreprise ayant floqué le numéro de téléphone de son entreprise sur l’ensemble de ses véhicules. Si elle venait à rallier la concurrence, elle serait contrainte de repeindre l’ensemble de sa flotte automobile et d’abandonner la dénomination « numéro vert » sous peine de poursuites pour contrefaçon. De même, ce changement de numéro pouvait même être préjudiciable pour les consommateurs de produits divers. La volatilité d’un numéro de téléphone est très mauvaise pour les fabricants de produits d’entretien du domicile et de soins du corps. L’eau de javel est en moyenne conservée deux ans au sein d’un foyer. En cas d’accident suite à l’utilisation d’un produit, le numéro référent est celui du service intoxication de la marque. Du fait de la clause de non-utilisation, les producteurs de ces produits d’entretien qui étaient passés à la concurrence se sont vus dans l’obligation de changer de numéro de téléphone, favorisant d’autant les problématiques potentielles liées à la mauvaise utilisation de ces produits.

    En mai 2002, l’action de l’Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes (ARCEP) permet la suppression de la clause de non-utilisation pour les clients rejoignant la concurrence. En changeant d’opérateur, le client peut conserver son ancien numéro de téléphone : la portabilité est assurée. Cependant, du fait du dépôt de marque effectué par France télécom, un ancien client ne peut garder la dénomination de « numéro vert », même pour son ancien numéro. Le problème des risques liés au support communicationnel n’est donc pas supprimé : une entreprise qui aurait massivement communiqué sur l’utilisation de son numéro vert via le visuel du cartouche devra nécessairement revoir l’ensemble de ses supports de communication.


    Le 14 janvier 2003, l’ARCEP (alors dénommée Autorité de Régulation des Télécommunications) rend un avis sur la situation applicable aux numéros verts. Elle y regrette l’entrave à la libre concurrence réalisée par Franc Telecom jugeant que « l’utilisation des dénominations "numéro vert", "numéro indigo" et "numéro azur" par France Telecom ne semble pas servir à distinguer ses propres services de ceux de ses concurrents (similaires techniquement) mais plutôt à identifier des modalités tarifaires. ». Elle juge que la mise en œuvre de ces clauses contractuelles retarde le développement de la libre concurrence du fait de la difficulté pour les opérateurs alternatifs à conquérir de nouveaux clients, notamment les anciens clients de France Télécom. L’ARCEP poursuit « L’Autorité estime qu’il n’est pas exclu que l’utilisation faite par France Télécom du droit de la propriété industrielle protégeant les dénominations "numéros vert, azur ou indigo" puisse, eu égard à ses effets sur la concurrence, s’analyser comme un abus relevant de l’article L. 420-2 du code de commerce ». L’avis est conclu en suggérant au Conseil de la Concurrence ordonne à France Télécom la suppression immédiate de l’interdiction faite à ses clients d’utiliser les expressions « numéro vert », « numéro indigo » et « numéro azur ».

    Le 5 mars 2003, le Conseil de la concurrence rend donc sa décision dans laquelle il enjoint France Télécom de suspendre pour tous les contrats « Numéros accueil » l’application de la clause d’interdiction. Désormais, tous les opérateurs pourront utiliser les expressions de « numéro vert », « numéro indigo » et « numéro azur ».

    La situation perdure ainsi jusqu’à l’intervention de la décision du 1er octobre 2015 de l’ARCEP. Cette décision intervient comme une grande réorganisation des SVA (services à valeur ajoutée) pour apporter plus de transparence, de lisibilité et de simplicité pour le consommateur.

    L’appellation « numéro vert » est alors supprimée. Toutefois, un code couleur est adopté pour donner plus de lisibilité. Les services gratuits restent symbolisés par le numéro vert. Sur ces numéros, le prix de l’appel comme le prix du service sont pris en charge par le fournisseur du service.

    En parallèle de cette option de numéro gratuit, l’ARCEP crée les numéros de couleur grise, appelés numéros à tarification banalisée. Le service est gratuit pour le consommateur, et l’appel est payé par le consommateur à son opérateur. Jusqu’à la décision du 1er octobre 2015, cette option n’existait pas.

  • Aujourd’hui, la signalétique verte demeure. Toutefois, elle ne constitue qu’une indication tarifaire. Et officiellement, on ne parle plus de « numéro vert », mais de « numéro gratuit » ou de « numero à tarification gratuite ». Ce service est entièrement gratuit depuis les téléphones fixes comme depuis les mobiles. La marque « numéro vert » déposée par France Télécom est définitivement abandonnée. La réforme rend les numéros gratuits plus accessibles et intelligibles pour le consommateur.

TOUTES NOS OFFRES DE NUMÉROS SPÉCIAUX